Responsabilité sociale

Emploi

La politique de recrutement du Groupe vise à le doter des meilleures compétences pour accompagner son développement. 

Au 31 décembre 2016, le Groupe comptait 552 salariés répartis dans 8 pays ; la filiale gabonaise portait 63,5% des effectifs.

Relations sociales

La qualité du climat social au sein du Groupe est le fruit d’un dialogue entre les salariés, leurs représentants et la direction. Dans les filiales du Groupe, le dialogue s’organise conformément aux dispositions législatives et réglementaires applicables.

Au Gabon, le dialogue social revêt une importance particulière. Un Comité Permanent de Concertation Économique et Sociale, institué par le Code du travail, se réunit au moins une fois par an. Lors de ces réunions, les représentants du personnel se voient présenter les budgets en cours ainsi que les budgets prévisionnels, les axes de développement de l’entreprise et les besoins en recrutement. Le Comité d’Organisation des Œuvres Sociales et le soutien financier ou technique de la filiale gabonaise de Maurel & Prom à des projets sociaux participent également au dialogue social.

En Tanzanie, avec la croissance de l’activité réalisée en 2015, l’organisation du dialogue social s’est formalisée davantage. En août 2014, les salariés ont adhéré au syndicat Tanzania Mines, Energy, Construction and Allied Workers Union (TAMICO). Une section du syndicat a été ouverte en 2015 à Mnazi Bay. Les représentants du syndicat relaient les demandes des salariés auprès de l’employeur. Si cela est nécessaire, une réunion tripartite à laquelle participent les représentants des salariés, de l’employeur et du syndicat, est organisée.

En Colombie, le dialogue social est favorisé par la réunion mensuelle d’un comité de santé et de sécurité au travail et la tenue trimestrielle d’un comité de prévention du harcèlement au travail. Ces comités constituent des lieux d’échange entre salariés et employeurs au-delà des seuls sujets relatifs à la santé et la sécurité au travail.

Santé et sécurité

La santé et la sécurité sont une préoccupation essentielle du Groupe. Le Groupe s’attache à améliorer de façon continue les conditions de travail, à prévenir les risques et à réduire les nuisances, en mettant en œuvre un programme de gestion « Hygiène Santé Sécurité Environnement et Qualité », qui s’appuie sur les meilleures pratiques sectorielles, dans le respect des réglementations nationales.

Le directeur des opérations de Maurel & Prom est responsable de l’application au sein du Groupe des principes de la Charte Sécurité Environnement Qualité du Groupe établie en 2006. À cet égard, il définit la politique, les objectifs et l’organisation HSE pour le Groupe.

Le Groupe a également mis en place un comité exécutif HSE, présidé par le directeur général de Maurel & Prom. Il réunit le directeur des opérations du Groupe, le secrétaire général du Groupe et le responsable HSE du Groupe. Ce comité définit la politique et les objectifs HSE du Groupe, réoriente les objectifs en tant que de besoin, et suit les performances HSE et les plans d’actions correspondants.

La filiale gabonaise dispose depuis 2013 de sa propre politique Hygiène-Santé qui recouvre les domaines de l’hygiène, la santé, la sécurité et l’environnement. Elle engage la direction générale de Maurel & Prom Gabon, ses collaborateurs, ses partenaires et sous-traitants et a pour objet l’amélioration permanente de la performance. En 2015, les départements Hygiène santé sécurité et Environnement ont été fusionnés et placés sous la responsabilité d’une même personne. En 2016, la responsabilité du département ainsi fusionné a été confiée à une personne recrutée localement. La collecte et le traitement des indicateurs de performance EHS-S ont été significativement améliorés. 

En 2015, la filiale tanzanienne a poursuivi la révision et la mise à niveau des procédures HSE avec l’appui de ressources extérieures et s’est fixé pour objectif que l’équipe locale soit autonome et partage le socle commun du SMHSE Groupe. En 2016, la filiale tanzanienne a également mis en place une mémoire exhaustive des incidents et des accidents, une mémoire et le suivi des actions correctives et un système d’observations préventives.